Fix pendant la résistance

Carnet de notes d'un résistant, habitant de la commune...

Françoise et Danielle Chazalon ont donné aux archives départementales de la Haute-Loire le carnet de notes de leur père, Joannès Chazalon, résistant au maquis de Mandaix (commune de Jax) au cours de la période allant du 10 mars au 8 novembre 1943.

Grâce à ces notes, le lecteur découvre les conditions de vie des jeunes résistants de la commune ainsi que les actions discrètes des habitants qui les ont aidés, ravitaillés...

Nous sommes en mars 1943...Afin d'échapper au service du travail obligatoire en Allemagne, institué par la loi du 16 février 1943, Joannès Chazzalon rejoint la clandestinité en compagnie d'autres camarades et s'installe dans la forêt du "Sapet", entre Fix-Saint-Geneys et Varennes-Saint-Honnorat. Ils quitteront ce premier abri pour rejoindre en mai un maquis , formation près de Mandaix. ce maquis sera l'un des tous premiers de Haute-loire. La rédaction du carnet fut débutée le 10 mars 1943 par Alphonse-Eugène Montagne, maquisard éliminé en août par la résistance. Elle s'est poursuivie à sa demande par Joannès Chazalon jusqu'au 10 novembre 1943. Les lois relatives aux réfractaires du STO s'étant assoupies, le maquis est dissous. Joannès Chazalon et ses camarades retrouvnt alors la vie civile.

Il y a quelques années seulement, à l'âge adulte, les filles de Joannès Chazalon ont retrouvé ce carnet. Nous les remercions encore très sincèrement d'avoir permis aux archives départementales de le numériser et de le publier.

Pour vivre un grand moment d'émotions, nous vous invitons à consulter le site des archives départementales : http://www.archives43.fr/article.php?laref=103&titre=carnet-de-notes-du-resistant-joannes-chazalon